Enquêtes
Auteurs : Dorothée Grange , Catherine Vincelet
 
Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu’individuelle, s’organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d’une part, deux repas principaux (le déjeuner et le dîner) présentant une structure en plats (entrée, plat principal, fromage, dessert) et accompagnés d’une certaine convivialité et, d’autre part, un repas moins élaboré (le petitdéjeuner). Ces manières de table constituent une composante forte de notre gastronomie et font la réputation de notre pays aux yeux des étrangers. En revanche, elles ne constituent en aucun cas un modèle universel et, comme le rappelle les historiens et sociologues de l’alimentation, ne se sont imposées en France que dans la seconde moitié du XIXème siècle [1]. Notre modèle dit «traditionnel» repose donc sur la notion de repas socialisé et synchronisé [2] que l’on peut définir comme des prises alimentaires rythmées et reproductibles dans le temps, structurées en plats qui sont ingérés successivement, et partagées avec d’autres. Cependant, l’alimentation des Français est caractérisée par des mutations [1], notamment par une simplification dans la structure des repas et l’augmentation de l’alimentation hors repas. Ainsi, les concepts d’américanisation et de destructuration de l’alimentation des Français sont arrivés dans les années quatre-vingt. Les années quatre-vingt-dix ont vu émerger le concept de modernité alimentaire qui essaye de distinguer ce qui, dans nos pratiques alimentaires actuelles, relève de la transgression des normes et ce qui relève de la mutation sociale. C’est dans cette réflexion sur les évolutions de nos manières de table que se situe ce travail qui vise à apporter des éléments de réponse aux interrogations suivantes : - le modèle alimentaire s’organise t-il toujours autour de trois prises quotidiennes : petit-déjeuner, déjeuner et dîner ? - la structure des repas en quatre plats (entrée, plat principal, fromage, dessert) est-elle toujours d’actualité ? - le partage et la convivialité des repas perdurent-ils ? A partir des informations déclarées dans le cadre du Baromètre santé nutrition 2008 concernant les pratiques alimentaires de la veille de l’enquête ou des quinze derniers jours, ce chapitre décrit la structure et l’environnement des repas des Franciliens, en les comparant aux habitants du reste de la France. Il décrit également la façon dont ces habitudes varient selon les caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe...) des habitants.

Télécharger le document