Enquêtes

Auteurs : Catherine Vincelet et Dorothée Grange

 

Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité (le partage de la table), alors que pour les anglo-saxons, parler d’alimentation mobilise trois registres : la nutrition, la sphère du personnel et même de l’intime, ainsi que les libertés et responsabilités individuelles [1]. Or, de très nombreux déterminants influencent la consommation, les habitudes alimentaires et leur évolution : facteurs physiologiques, sociaux, psychologiques, économiques et environnementaux ainsi que les représentations (concernant certains aliments par exemple), l’information et l’éducation nutritionnelles [2]. L’enquête Baromètre santé nutrition interroge les individus sur certaines opinions, attitudes et connaissances sur la nutrition. La réalisation d’échantillons régionaux représentatifs permet une analyse précise, notamment en Ile-de-France, et une comparaison des données avec celles du reste de la France. A travers l’analyse des différents aspects traités dans ce chapitre, il s’agit de comprendre comment les Franciliens construisent leurs choix alimentaires. La première partie s’intéresse aux opinions en matière d’alimentation. Que représentent le fait de manger, de faire la cuisine, et la notion d’alimentation équilibrée ? Quels facteurs influencent la composition des repas ? La suite du chapitre étudie la perception de l’équilibre global que les individus ont de leur alimentation, celle du niveau de leurs consommations par groupe d’aliments, ainsi que celle du niveau de leur activité physique. Une analyse croisée entre ces perceptions et les consommations alimentaires et la pratique d’activité physique y est effectuée. Les perceptions et attitudes quant à l’information sont ensuite étudiées : les personnes se sentent-elles bien informées en matière d’alimentation et quelles sont leurs principales sources d’information ? Lisent-elles les informations sur les étiquettes des produits et les trouvent-elles compréhensibles ? Les connaissances en matière de nutrition, quant à elles, sont estimées à partir d’une série de questions sur des allégations alimentaires, puis sur la connaissance des repères du Programme National Nutrition Santé (PNNS) et enfin sur l’importance du lien entre l’alimentation et l’apparition de certaines pathologies. Le chapitre se termine par une analyse des données de corpulence des individus estimée à partir du poids et de la taille déclarés, lesquelles sont mises en parallèle avec la perception de la corpulence. Dans un contexte où les campagnes nationales de prévention dans le champ de la nutrition ont été nombreuses, cette enquête fournit l’opportunité de mesurer l’appropriation des messages par la population. De plus, si le lien entre nutrition et santé est aujourd’hui reconnu, les données devraient contribuer à mieux cibler les actions à mettre en œuvre en tenant compte d’éventuelles spécificités de la population de notre région.

Janvier 2010, 16 pages


Rapport Observatoire régional de santé Île-de-FranceTélécharger le document