La croissance attendue des personnes âgées et ses répercussions sur le nombre de personnes en situation de dépendance figurent en bonne place de l’agenda social, avec notamment la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement promulguée en décembre 2015. Pour l’Île-de-France et ses huit départements, ce rapport, établi par l’ORS Île-de-France et l’IAU, fournit des projections de bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), à domicile et en établissement, de 2020 à 2040. Pour cela, il s’appuie sur des projections démographiques calées sur le recensement de 2013 et les dernières projections de l’Insee sur la France. Il apporte un éclairage sur les différences départementales de recours à l’APA selon leurs structures sociales et leur offre de soins à domicile et en établissement.
• A partir de 2030, le nombre de Franciliens de plus de 85 ans double entre 2013 et 2040 (+295 000 personnes).
• D’ici 2040, le nombre de Franciliens bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) pourrait augmenter de 85 000 personnes selon les projections ; soit 48 000 Franciliens supplémentaires vivant à domicile et 37 000 en établissement.
• En Île-de-France, la grande couronne serait plus concernée par ces évolutions et notamment la Seine-et-Marne où la population de 85 ans et plus devrait tripler, et les bénéficiaires de l’APA plus que doubler.


Télécharger le rapport