Auteurs : Philippe PEPIN, Oriane BROUSTAL, Isabelle GREMY

 

On observe en France comme dans tous les pays développés une progression du nombre des cancers.

Le vieillissement de la population est en partie en cause mais les taux d’incidence standardisés, qui neutralisent les effets démographiques, confirment la hausse depuis plusieurs décennies. Contrairement à l'incidence, la mortalité par cancer diminue. Chez les femmes, la baisse a commencé dès le milieu des années soixante.

Elle est plus tardive (fin des années quatre-vingt) mais très marquée ces deux dernières décennies chez les hommes. Malgré cette baisse, le cancer constitue aujourd’hui la première cause de décès en France pour les deux sexes, notamment avant 65 ans.

 

La lutte contre le cancer s’organise au niveau national, avec un premier “plan cancer” lancé en mars 2003. Un nouveau plan couvrant la période 2009-2013 vise notamment à réduire les inégalités face à la maladie, à mieux accompagner les personnes dans la vie "avant et après le cancer" et à réduire les facteurs de risques individuels et environnementaux.

 

L’Ile-de-France n’est pas épargnée par cette maladie. Les Franciliennes, notamment, se distinguent par un niveau relativement élevé de mortalité par cancer du sein et par cancer du poumon.

Dans ce contexte l’ORS a entrepris, depuis 2005, de réaliser un suivi épidémiologique régulier du cancer.


Télécharger le rapport

Télécharger la synthèse