Auteurs : Dorothée Grange et Catherine Vincelet

 

Les Baromètres santé, conduits par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), ont été développés depuis 1992. Ils ont pour principal objectif d’étudier les comportements, attitudes et perceptions de la population concernant les questions de santé. Au-delà des Baromètres santé généraux réalisés à cinq reprises, ils ont été déclinés en versions thématiques – Baromètre santé nutrition, cancer, environnement – ou en versions spécifiques d’une population – Baromètre santé jeunes, médecins généralistes, médecins-pharmaciens. Ces Baromètres santé sont répétés régulièrement et permettent de suivre les évolutions des comportements, attitudes et perceptions de la population et d’estimer l’impact des politiques de santé et de prévention mises en œuvre. Dès la fin des années quatre-vingtdix, l’Inpes, en lien avec la Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé (Fnors), a favorisé la réalisation de déclinaisons régionales des Baromètres santé. Par la constitution d’échantillons régionaux représentatifs de taille suffisante, ces déclinaisons permettent de mener des analyses au niveau régional. Réalisé pour la première fois en 1996 auprès de la population adulte (18 à 75 ans), le Baromètre santé nutrition a été reconduit en 2002 et en 2008 en l’étendant aux jeunes (12 à 75 ans). L’impact de la nutrition, que ce soit par l’alimentation ou l’activité physique, sur l’état de santé de la population est majeur. La mise en œuvre du programme national nutrition santé (PNNS) dès 2001 conforte l’intérêt du Baromètre santé nutrition comme outil de suivi et d’évaluation de celui-ci. Les questions relatives à la nutrition, soit de façon directe, soit comme facteur de risque de problèmes de santé, ont largement été développées dans les plans régionaux de santé publiques (PRSP) de chacune des régions de France. Ainsi, en Ile-de-France, le PRSP 2006-2010, dans son axe prioritaire « Promouvoir les comportements favorables à la santé », définissait trois objectifs ciblant l’activité physique et l’alimentation. Les futurs plans stratégiques et schémas régionaux, en particulier les schémas régionaux de prévention, élaborés lors de la mise en œuvre des projets régionaux de santé concourront à la prise en compte de cette dimension de la santé. Les résultats des Baromètres santé nutrition peuvent notamment contribuer à l’élaboration de ces axes stratégiques de santé publique, à étayer l'argumentaire scientifique des projets mis en œuvre, à actualiser les connaissances des professionnels ou encore à ouvrir de nouvelles pistes en termes de stratégies éducatives. En 2008, le Baromètre santé nutrition a fait l’objet d’une déclinaison dans sept régions en parallèle de l’enquête menée au niveau national : Franche-Comté, Ile-de-France, Languedoc-Roussillon, Nord-Pas-de-Calais, Haute-Normandie, Picardie et ProvenceAlpes-Côte d’Azur. En utilisant la même méthodologie, une extension a été réalisée en 2009 en Champagne-Ardenne. Les données collectées dans cette étude permettent d’étudier les perceptions et connaissances dans le domaine de l’alimentation et de l’activité physique, de décrire le type d’aliments consommés et la périodicité de ces consommations, d’évaluer le contexte des prises alimentaires (rythme et structure des repas, convivialité…), de mesurer le niveau d’activité physique et de sédentarité, d’étudier les comportements d’achats. Pour l’ensemble de ces éléments, les différences selon les caractéristiques sociodémographiques (sexe, âge, diplôme, niveau de revenus…) des individus peuvent être analysées.


Télécharger le document