NOS PUBLICATIONS

Auteurs : Jean-Philippe Camard, Agnès Lefranc, Isabelle Grémy, Antoine Franconi
Avec une production annuelle de 5 millions de tonnes, les Franciliens génèrent le plus de déchets ménagers en France par habitant (481 kg/hab contre 418 au plan national). En Île-de-France, 66% des déchets ménagers sont incinérés (contre 44% en France) dans dix neuf usines (UIOM; figure 1), et ce taux est en augmentation du fait de la réduction de la mise en décharge. L'impact de ce mode de traitement sur la santé des riverains est un sujet d’actualité, eu égard aux dysfonctionnements récents d’un certain nombre d’incinérateurs ayant entraîné des contaminations du milieu par les dioxines qui ont abouti à la fermeture des usines. En Île-de-France, l’incidence de l’incinération sur la santé des populations se pose avec d’autant plus d’acuité que le parc des incinérateurs est important, que nombre d’entre eux sont âgés et que leur localisation essentiellement en milieu urbain dense fait qu’une grande partie des Franciliens se trouve située sous leur panache. Ce document présente la synthèse d'une étude sur l'incinération des déchets en Île-de-France et son impact sur l'environnement et la santé (ORS;DEUR, 2005). Elle a été réalisée par l'Observatoire régional de santé (ORS) et le Département environnement urbain et rural (DEUR) de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région Île-de-France, dans le cadre de leur programme d’études en santé- environnement. Son objectif est d'apporter des informations sur l'importance de l'incinération dans la région et les effets sanitaires aujourd'hui démontrés de certains des polluants émis. Elle souhaite également attirer l'attention sur la nécessité d'une gestion rigoureuse de ce procédé de traitement.

Janvier 2006, 8 pages

 


rapport de l'observatoire régional de santé d'Île-de-France Télécharger le document de synthèse


Rechercher dans nos publications