La vague de chaleur survenue au cours de la première quinzaine du mois d’août 2003 a touché l’ensemble de l’Europe de l’Ouest, y compris la France. En Ile-de-France, cet épisode fut absolument exceptionnel, et aucune canicule d’une telle ampleur n’avait été observée depuis les premiers relevés météorologiques de 1873. Le bilan sanitaire de cet épisode de chaleur intense est lui aussi exceptionnel. Si l’importance de la canicule est évidemment la principale responsable de l’ampleur des effets sanitaires, les spécificités démographiques, socio-économiques, géographiques de l’Ile-de-France et la pollution atmosphérique urbaine ont vraisemblablement contribué à ce bilan. Compte tenu de son importance, il semble nécessaire de proposer un premier bilan régional de cet événement. Celui-ci est complété par un ensemble de recommandations visant à limiter, à l’avenir, l’impact sanitaire d’un tel épisode de canicule et par des propositions d’études épidémiologiques plus détaillées. Cette plaquette a été réalisée à partir des données de mortalité issues du rapport de l’INSERM-Cépi-Dc du 25 septembre 2003. Le système d’information sur les décès est un système complexe et exhaustif qui n’est pas orienté vers l’information en temps réel. Ce processus garant de l’exhaustivité et d’un codage adéquat des causes de décès est habituellement long. Il a été considérablement accéléré en raison de l’urgence de connaître le nombre et les causes de décès dus à la canicule. La qualité des données de mortalité présentées ici est assurée par le recoupement de plusieurs sources qui garantit leur validité. En revanche, les décès sont classés selon leur lieu d’enregistrement et non selon le domicile des personnes. Des données issues du rapport de l’InVS du 29 août ont également été utilisées. Les autres données chiffrées proviennent de Météo-France et d’AIRPARIF. Ont également été utilisés le rapport “Lalande” de la mission d’expertise et d’évaluation du système de santé pendant la canicule, ainsi que les résultats notamment issus de deux articles scientifiques publiés en 2002 : Besancenot, dans “Environnement, Risques et Santé” et Basu et Samet, dans “Epidemiologic Reviews”.
 

 Octobre 2003, 8 pages

 


rapport de l'observatoire régional de santé d'Île-de-FranceTélécharger le document de synthèse