NOS PUBLICATIONS

Auteurs  : Edouard Chatignoux et Sabine Host

 

 
rapport ORS Ile-de-France

Depuis sa création en 1990, le programme Erpurs a permis de mettre en évidence des liens significatifs entre la pollution atmosphérique urbaine et la santé.
Les études répétées de ce programme composent un dispositif permanent de surveillance épidémiologique de la qualité de l’air en Île-de-France.

Cette nouvelle étude du programme tire parti des données sur les passages aux urgences recueillies dans le cadre du réseau OSCOUR® afin de mesurer l’influence des expositions aux polluants atmosphériques sur les recours aux urgences pour bronchiolite et asthme chez les enfants et les nourrissons entre 2007 et 2010.

Les résultats de cette évaluation montrent qu’une élévation “habituelle” (d’un intervalle interquartile) des niveaux de polluants du jour et de la veille s’accompagne d’une augmentation de 2 à 7% des passages.
Les effets des expositions étaient majoritairement visibles sur les passages des 5 jours suivant l’exposition, excepté pour les passages pour bronchiolites des 0-1 an pour lesquels une augmentation du nombre de passages était observée dans les 5 à 15 jours suivant l’exposition. Ainsi, selon cette évaluation, le respect des valeurs de qualité de l’air de l’OMS (concentrations en PM2,5 inférieures à 10 µg/3) permettrait, par exemple, d’éviter annuellement entre 2 et 4% des recours aux urgences pour bronchiolite chez les nourrissons et pour asthme chez les nourrissons et chez les enfants de 2 à 14 ans.

A l’heure où la France est interpellée par la Commission européenne pour non-respect des normes de qualité de l’air, cette étude vient rappeler que les expositions à la pollution de l’air ont un impact non seulement sur la santé des plus âgés, en termes de mortalité, mais également sur des affections respiratoires auxquelles sont régulièrement confrontés les enfants et les nourrissons de la région Île-de-France.


Télécharger le rapport  

Télécharger la synthèse


 

?

Rechercher dans nos publications