Auteurs : Catherine Embersin-Kyprianou, avec la collaboration d’Edouard Chatignoux

 

L’Observatoire régional de santé Île-de-France publie les résultats d’une exploitation régionale de l’enquête Handicap-Santé, deuxième grande enquête nationale sur le handicap et la santé réalisée par l’Insee et la Drees en 2008-2009. L’étude porte sur les conditions de vie et la santé des personnes handicapées en Île-de-France et permet de faire les constats suivants :

  • en Île-de-France comme dans le reste de la France, la situation est très défavorable pour les personnes handicapées, en termes de participation sociale, d’accessibilité ou de santé,
  • certaines spécificités franciliennes ont pu être repérées.
  • les personnes handicapées socialement moins favorisées présentent une plus grande vulnérabilité en termes d’insertion professionnelle, de discriminations, de santé, suggérant de porter une attention particulière à ce public.

Le handicap, n’ayant pas de définition unique, a été abordé ici à travers trois indicateurs, qui se recoupent mais ne se superposent pas : présence d’une limitation fonctionnelle absolue, présence d’une restriction d’activité ou d’une reconnaissance administrative. Les prévalences des handicaps en Île-de-France varient, selon le critère, de 4% à 8% des personnes de 20-59 ans à 15-28% parmi celles âgées de 60 ans ou plus. Elles sont inférieures à celles observées dans le reste de la France. Ces différences disparaissent après la prise en compte de la catégorie socio-professionnelle, sauf pour la reconnaissance d’un handicap qui reste moins élevée en Île-France et qui interroge sur des inégalités de reconnaissance entre l’Île-de-France et le reste de la France.

Les spécificités franciliennes mises en évidence chez les personnes handicapées sont observées à différents niveaux :

  • malgré un meilleur niveau de formation et une proportion d’inactifs pas plus élevée chez les Franciliens handicapés, le taux de chômage plus important (38% des Franciliens ayant une restriction d’activité) plaide pour des mesures d’accompagnement des chômeurs ayant un handicap ou pour des mesures de maintien dans l’emploi lors de la survenue d’un handicap ;
  • l’accès aux transports en commun plus difficile, lié notamment à la forte affluence, suggère de poursuivre la mise en accessibilité et de créer des mesures spécifiques pour les personnes ayant des limitations fonctionnelles ou des restrictions d’activité ;
  • en termes de santé et de recours aux soins, certains indicateurs sont plutôt défavorables en Île-de-France : moins bonne perception de la santé bucco-dentaire, vaccination moins souvent à jour, renoncement aux soins plus élevé et concernant un tiers des Franciliens handicapés.

Bien que non spécifique de l’Île-de-France, la proportion élevée de Franciliens handicapés ayant subi des discriminations pour raison de santé ou de handicap, un quart d’entre eux, témoigne de l’importance de développer l’information sur le handicap. 


 Télécharger le rapport

 Télécharger le résumé