Auteurs : Sandrine HALFEN, ORS Île-de-France, avec les contributions de Marie-France D’ACREMONT, ARS Île-de-France, Jean-Paul HUCHON et Laure LECHATELLIER, Conseil régional d’Île-de-France. 

 

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, et comme chaque année depuis 1999, l’Observatoire régional de santé (ORS) d’Île-de-France réalise un état des lieux de l’épidémie de VIH/sida dans la région. Cette année, nous avons choisi d’orienter le Bulletin de santé sur les enjeux actuels face à l’épidémie et sur les politiques régionales qui seront conduites dans les prochaines années pour faire reculer le VIH/sida en Île-de-France. Une première partie, réalisée par l’ORS, présente les données épidémiologiques disponibles les plus récentes, en mettant l’accent sur trois enjeux majeurs : maintenir dans le temps des comportements de prévention ; encourager le dépistage du VIH, et son recours précoce ; initier de façon précoce les traitements chez les personnes séropositives, et rendre leur charge virale indétectable. Les données montrent que malgré l’ensemble des moyens disponibles pour lutter contre le VIH/sida, l’épidémie en Île-de-France reste à un niveau élevé et recule de façon relativement modeste. En effet, au regard de la diversité des moyens désormais disponibles (comportements de prévention, dépistage élargi, traitements précoces des personnes séropositives, possibilités de recours à des traitements pré ou post-exposition, contrôle de la charge virale et du système immunitaire pour la majorité des personnes traitées), les constats en Île-de-France restent préoccupants : recul de la perception du risque VIH dans la population, en particulier chez les jeunes, méconnaissance fréquente du statut sérologique parmi les hommes fréquentant les lieux de convivialité gay parisiens, activité de dépistage qui n’augmente pas dans les laboratoires franciliens, malgré les incitations à se faire tester, dépistage très tardif chez plus d’une personne sur quatre dépistée séropositive, charge virale contrôlée pour environ 80% des personnes séropositives traitées mais pour seulement 56% de l’ensemble des personnes infectées. Les marges de progrès sont importantes. La seconde partie du Bulletin porte sur les politiques régionales et présente les objectifs, orientations et priorités définis par l’Agence régionale de santé (ARS) et par le Conseil régional d’Île-de-France pour lutter contre le VIH/sida. Une première contribution a été réalisée par l’ARS Île-de-France. Jusqu’à fin novembre, l’ARS soumet au processus de concertation officielle le projet régional de santé d’Île-de-France, et notamment les trois schémas opérationnels (de prévention, d’organisation des soins, du médico-social). Ces documents constitueront le cadre de référence des décisions et actions en matière de santé pour la région durant les cinq prochaines années. La contribution au Bulletin de santé, rédigée par MarieFrance d’Acremont, chef de projet VIH à l’ARS, présente les orientations stratégiques de l’ARS, ainsi que le cadre plus opérationnel de la politique de lutte contre le VIH/sida. Une seconde contribution a été réalisée par le Conseil régional d’Île-de-France. La Région a voté une nouvelle politique régionale de santé en septembre 2012, qui guidera les orientations du Conseil régional pour les prochaines années. Un premier texte a été rédigé par Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional, et un second par Laure Lechatellier, Vice-présidente du Conseil régional, en charge notamment de l’action sociale et de la santé. Ces deux textes présentent les cibles prioritaires que la Région a définies pour mener des actions de lutte contre le VIH/sida ainsi que les modalités d’intervention qu’elle souhaite privilégier, notamment en direction des usagers de drogues. 

 

Novembre 2012, 8 pages

 

Télécharger le Bulletin