Auteurs : Claire Sauvage, Catherine Embersin-Kyprianou, Valérie Féron, Sandrine Halfen et Catherine Vincelet

 

 

rapport ORS Ile-de-France

L’ORS Île-de-France a souhaité exploiter le Baromètre santé 2010 de l’INPES afin de produire et de mettre à jour des indicateurs franciliens, sous forme de fiches thématiques. Pour chaque thème retenu, une fiche recto-verso présente une sélection des 3-4 indicateurs jugés les plus pertinents.



Après une première fiche sur la vaccination des Franciliens diffusée en avril 2013, l’ORS Île-de-France publie, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac du 31 mai, une nouvelle fiche « Consommation de tabac chez les Franciliens – Résultats du Baromètre santé 2010 de l’INPES ».

Faits marquants 

• Près de 27% des Franciliens déclarent fumer quotidiennement, et près de 5% occasionnellement. Ils indiquent avoir fumé leur première cigarette à 15 ans environ. Parmi les fumeurs quotidiens, 16% sont considérés comme ayant une forte dépendance à la nicotine et 70% déclarent avoir déjà arrêté de fumer pendant au moins une semaine.
• Globalement, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à déclarer fumer quotidiennement et sont moins dépendantes à la nicotine. Néanmoins, les comportements tabagiques des hommes et des femmes sont plus proches dans les jeunes générations (15-24 ans).
• Chez les 15-24 ans, 30% des hommes comme des femmes déclarent fumer quotidiennement et 8% d’entre eux présentent une dépendance forte à la nicotine. Parmi les fumeurs actuels âgés de 15-24 ans, 56% indiquent avoir déjà essayé d’arrêter de fumer au moins une semaine.
• Ces comportements tabagiques en Île-de-France sont comparables à ceux observés dans le reste du territoire métropolitain.

Les données franciliennes du Baromètre santé 2010 de l’INPES soulignent l’homogénéisation des comportements tabagiques des hommes et des femmes dans les jeunes générations. Elles montrent également que la dépendance à la nicotine s’installe rapidement après l’initiation et que les tentatives d’arrêt interviennent tôt dans le parcours tabagique des fumeurs.  

 Télécharger la fiche

Auteurs : Claire Sauvage, Catherine Embersin-Kyprianou, Valérie Féron, Sandrine Halfen et Catherine Vincelet

 

 

rapport ORS Ile-de-France

L’ORS Île-de-France a souhaité exploiter le Baromètre santé 2010 de l’INPES afin de produire et de mettre à jour des indicateurs franciliens, sous forme de fiches thématiques. Pour chaque thème retenu, une fiche recto-verso présente une sélection des 3-4 indicateurs jugés les plus pertinents.



Après une première fiche sur la vaccination des Franciliens diffusée en avril 2013, l’ORS Île-de-France publie, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac du 31 mai, une nouvelle fiche « Consommation de tabac chez les Franciliens – Résultats du Baromètre santé 2010 de l’INPES ».

Faits marquants 

• Près de 27% des Franciliens déclarent fumer quotidiennement, et près de 5% occasionnellement. Ils indiquent avoir fumé leur première cigarette à 15 ans environ. Parmi les fumeurs quotidiens, 16% sont considérés comme ayant une forte dépendance à la nicotine et 70% déclarent avoir déjà arrêté de fumer pendant au moins une semaine.
• Globalement, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à déclarer fumer quotidiennement et sont moins dépendantes à la nicotine. Néanmoins, les comportements tabagiques des hommes et des femmes sont plus proches dans les jeunes générations (15-24 ans).
• Chez les 15-24 ans, 30% des hommes comme des femmes déclarent fumer quotidiennement et 8% d’entre eux présentent une dépendance forte à la nicotine. Parmi les fumeurs actuels âgés de 15-24 ans, 56% indiquent avoir déjà essayé d’arrêter de fumer au moins une semaine.
• Ces comportements tabagiques en Île-de-France sont comparables à ceux observés dans le reste du territoire métropolitain.

Les données franciliennes du Baromètre santé 2010 de l’INPES soulignent l’homogénéisation des comportements tabagiques des hommes et des femmes dans les jeunes générations. Elles montrent également que la dépendance à la nicotine s’installe rapidement après l’initiation et que les tentatives d’arrêt interviennent tôt dans le parcours tabagique des fumeurs.  


 Télécharger la fiche