Bénéfices sanitaires attendus d'une zone à faible émissions

Évaluation quantitative d’impact sanitaire prospective pour l’agglomération parisienne

01 octobre 2018

Parmi les dispositifs de lutte contre la pollution atmosphérique, les zones à faibles émissions, qui s’appuient sur la classification Crit’air, ont déjà montré leur efficacité dans plusieurs grandes agglomérations européennes.
Pour accompagner au mieux leur dimensionnement et leur déploiement, l’ORS Île-de-France a développé avec ses partenaires, Airparif et Santé publique France, une approche innovante d’évaluation prospective de leurs impacts sanitaires pour 4 scénarios (deux périmètres (Paris et intra-A86) et deux niveaux de restriction testés).

Parmi les résultats marquants :

  • La mise en œuvre de la ZFE, quel que soit le scénario, produirait des bénéfices sanitaires en matière de décès et pathologies chroniques, y compris pour les populations résidant au-delà du périmètre de la zone ;
  • L’élargissement du périmètre de la ZFE à l’A86, de même que, à périmètre égal, le renforcement du niveau de restriction, entraînant l’interdiction d’un plus grand nombre de véhicules, amplifieraient le bénéfice sanitaire attendu ;
  • Cette évaluation montre que les scénarios de ZFE périmètre élargi seraient plus favorables à une plus grande équité sociale ;
  • Ce travail propose un cadre méthodologique de quantification des bénéfices sanitaires attendus, applicable à d’autres mesures.

Cette étude est reliée à la catégorie :
Air extérieur