Les interruptions volontaires de grossesse en Île-de-France

Données 2015-2017

27 février 2019

L’accès à l’interruption volontaire de grossesse est une priorité de santé publique. L’Île-de-France concentre plus du quart des IVG réalisées sur le territoire national. L’Agence régionale de santé et la Région ont placé les réductions des inégalités d’accès à l’IVG parmi les priorités de leur politique publique de santé. Ce rapport, réalisé par l’ORS met à jour des données pour les années 2015-2017 sur l’offre de soins en orthogénie. Au cours des trois dernières années, la région Île-de-France a connu un redéploiement de l’offre de soins en termes d’IVG avec une augmentation de l’offre en ville et une réduction de l’offre hospitalière. Le taux de recours à l’IVG est resté stable avec toujours des fortes disparités territoriales dans la région.

Des résultats marquants en Île-de-France :

  • une réduction de l’offre hospitalière et une augmentation de l’offre en ville ;
  • en 2017, 52 080 IVG réalisées en Île-de-France, soit un taux de recours de 17,4 ‰. Des disparités infrarégionales sont observées avec des taux extrêmes, 22 ‰ pour la Seine-Saint-Denis et 13 ‰ pour les Yvelines ;
  • de plus en plus d’IVG médicamenteuses (67 % en 2017 versus 59 % en 2015) ;
  • une diminution des IVG chez les jeunes femmes ( < 24 ans) ;
  • 80 % d’IVG avant 9 semaines d’aménorrhée (SA) et 5 % après 12 SA ;
  • des disparités infrarégionales encore persistantes que ce soit pour l’offre de soins ou pour le taux de recours à l’IVG.