Anomalies congénitales et puberté précoce

Le syndrome de dysgénésie testiculaire (testicular dysgenesis syndrome, TDS)

Il s'agit d'un trouble du développement des testicules pouvant conduire à des malformations congénitales (hypospadias, cryptorchidies) chez le garçon, un risque accru de cancer du testicule et une mauvaise qualité du sperme à l’âge adulte, qui constituent les quatre composantes du syndrome. Il pourrait-être favorisé par une exposition précoce aux perturbateurs endocriniens (PE) et a été listé par un panel de scientifiques au niveau international comme l’un des indicateurs-clés à surveiller dans le contexte de l’exposition aux PE (Source : Santé publique France).

Taux d'incidence brut prédit des cas de cryptorchidies et d’hypospadias traités chirurgicalement chez les garçons de moins de 7 ans 2014 (pour 1 000 personnes année)

Sources : Santé publique France - ATIH-PMSI

Puberté précoce

La puberté précoce est suspectée d’être favorisée par une exposition aux perturbateurs endocriniens (PE) et son incidence a été retenue, par un panel de scientifiques au niveau international, comme étant un indicateur-clé à surveiller. Elle se manifeste par des signes de puberté avant l’âge de huit ans chez les filles et de neuf ans chez les garçons. Les filles sont 10 fois plus souvent atteintes que les garçons (L’INCIDENCE DE LA PUBERTÉ PRÉCOCE CENTRALE IDIOPATHIQUE EN FRANCE RÉVÈLE UNE HÉTÉROGÉNÉITÉ GÉOGRAPHIQUE IMPORTANTE | BEH 22-23 2018.

Taux d'incidence prédit de puberté précoce chez les filles et les garçons 2011-2013 tous âges

Sources : Santé publique France - SNDS | SNIIRAM

Précisions : 

  • Filles : L’incidence (rapport du nombre de cas sur la population de référence) nationale et l'incidence par département ont été prédites (intervalles de crédibilités (IC) à 95%), avec le meilleur modèle selon le DIC (critère d'information de déviance). Les estimations du nombre de personnes-années (populations moyennes annuelles) par département, sexe et âge ont été utilisées (Insee). Les taux sont modélisés et moyennés sur 3 années (2011-2013).
  • Garçons : L’incidence (rapport du nombre de cas sur la population de référence) nationale et l'incidence par département ont été prédites (intervalles de crédibilités (IC) à 95%), avec le meilleur modèle selon le DIC (critère d'information de déviance), et en utilisant les données du recensement de la population française de l'Insee.