Épidémiologie des principaux cancers en Île-de-France

18 mars 2021

Les cancers sont une des priorités d’action du projet régional de santé (PRS2, 2018-2022). À mi-parcours du PRS2 et à l’issue du troisième plan cancer, cette étude dresse un bilan épidémiologique sur les principaux cancers en Île-de-France.
Basée sur les publications de Santé publique France, cette étude intègre les données les plus récentes disponibles et les complète par une analyse de l’évolution de la mortalité prématurée et de la mortalité tous âges confondus. Les données régionales sont également comparées aux données de France métropolitaine.

Parmi les éléments marquants : 

 

  • En Île-de-France, le nombre de nouveaux cas de cancer survenant chaque année est estimé à environ 54 000 et plus de 21 000 décès sont comptabilisés, selon les dernières données de Santé publique France ;
  • En 2017, 486 000 Franciliens étaient sous surveillance pour la survenue antérieure d’un cancer dont 210 000 en cours de traitement, selon les données du Système national des données de santé ;
  • Les cancers sont la première cause de mortalité dans la région et, pour 28 % d’entre eux, ils interviennent avant 65 ans ; 
  • Chez les femmes, une surmortalité est constatée en Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne, et Val-d’Oise alors que les Yvelines et les Hauts-de-Seine affichent une sous-mortalité ;
  • Chez les hommes, tous les départements de la région présentent une sous mortalité ; 
  • Les cancers de l’estomac et les cancers du pancréas présentent une incidence régionale supérieure  – hommes et femmes ;
  • Chez les hommes, les lymphomes présentent une sur-incidence ;
  • Chez les femmes, les cancers du poumon, du sein sont en sur-incidence et en surmortalité, les cancers du col de l’utérus et de l’ovaire présentent une sur-incidence et enfin les leucémies aigües myéloïdes sont en surmortalité ;
  • En termes d’évolution, en France métropolitaine, entre 2010 et 2018, les cancers du pancréas, du rein et du système nerveux central sont en augmentation chez l’homme, tant en incidence qu’en mortalité. Chez la femme, c’est le cas pour les cancers du poumon et du pancréas.

Cette étude est reliée à la catégorie :
Cancers