Mortalité attribuable à la pollution atmosphérique

Quelle évolution depuis 10 ans et quels bénéfices d’une amélioration de la qualité de l’air dans les territoires ?

10 février 2022

La pollution de l'air constitue un enjeu de santé publique particulièrement important en Île-de-France. Elle favorise le développement de pathologies chroniques graves, en particulier des pathologies cardiovasculaires, respiratoires et des cancers. Cela se traduit par un recours accru aux soins, une augmentation de la mortalité et une baisse de l’espérance de vie.

L'ORS Île-de-France accompagne depuis plus de 30 ans les politiques d’amélioration de la qualité de l’air par la réalisation d’évaluations quantitatives d’impact sur la santé (EQIS).

Cette étude, menée en collaboration avec Airparif présente trois grands axes : (1) Évolution de la mortalité attribuable à l’exposition à la pollution atmosphérique d’origine anthropique depuis 10 ans en Île-de-France, (2) Évaluation des bénéfices attendus si les concentrations observées en 2019 étaient ramenées au niveau des recommandations OMS, (3) Effet des mesures de restrictions mises en place en 2020. Ces EQIS se focalisent sur les impacts sur la mortalité (décès et espérance de vie) de l’exposition chronique (à long terme) à trois polluants réglementés : PM2,5, NO2 et O3.

Parmi les éléments essentiels :

  • La politique et les actions de lutte contre la pollution de l’air sont des mesures de santé publique particulièrement pertinentes et efficaces ;
  • Entre 2010 et 2019, le nombre annuel de décès attribuables à l’exposition prolongée aux particules fines PM2,5, un des principaux polluant de l’air, est passé de 10 350 à 6 220, et a donc baissé de 40 %. Cela correspond à un gain d’espérance de vie de près de huit mois en moyenne par habitant en Île-de-France ;
  • Si de nouvelles mesures sont prises pour abaisser les niveaux actuels de pollution de l’air sous les valeurs recommandées par l’Organisation mondiale de la santé, plus de 7 900 décès prématurés pourraient être évités chaque année en moyenne en Île-de-France (chiffres 2019) ;
  • La pollution de l’air est responsable de près de 1 décès sur 10 en Île-de-France en 2019.

Cette étude est reliée à la catégorie :
Air extérieur